bandeau générique

1er réseau associatif de financement des créateurs et des repreneurs d'entreprise

223 plateformes locales qui couvrent tout le territoire français

16 100 entreprises et 40 750 emplois créés ou maintenus en 2015

01/03/2012

La Bretagne fête ses repreneurs

Après avoir soutenu plus de 1 000 reprises d’entreprises en 5 ans, BRIT va continuer à intervenir en faveur du renouvellement du tissu économique breton.

Ce n’est pas tous les jours qu’un brasseur breton reçoit un chèque (et les félicitations) de Jean-Yves Le Drian, président du Conseil régional, de Jean-Marc Maury, directeur du développement économique et de l’économie sociale de la Caisse des Dépôts et de Louis Schweitzer. Repreneur de la brasserie Coreff, en 2009, Mathieu Breton est le lauréat du prix Coup de cœur, remis à l’occasion des 5 ans du fonds régional Bretagne Reprise Initiative Transmission (BRIT), le 24 février au siège de la Région. Il a bénéficié en 2009 d’un prêt d’honneur de 5000 € et d’un prêt BRIT de 20 000 €, apportés par Centre Ouest Bretagne Initiative.
L’entreprise n’a pas été choisie par hasard. Son implantation à Carhaix, en plein cœur de la Bretagne de l’intérieur, faisait du maintien de son activité une priorité pour le territoire. Sa marque est connue et son savoir-faire, reconnu. Son activité est innovante - la création de l’entreprise en 1985 a marqué le renouveau des brasseurs artisanaux, dans toute la France. Enfin, l’entreprise connaît depuis sa reprise une croissance à deux chiffres et elle a doublé la taille de l’effectif, passant de 9 à 18 salariés.

IMG_0051_petit

Cinq autres bénéficiaires de BRIT étaient à la fête, ce jour-là, dont les reprises illustrent les 5 années d’activité du fonds. Jean-Michel Blanc a repris la grande librairie historique de Quimper, Ravy, avec l’aide de Cornouaille Initiative. Mireille Picard-Sauvage, l’entreprise qui fabrique des cordons de lunette dont elle était jusque-là comptable, L’Atelier du Vieux Bourg, avec l’appui de Pays de Ploërmel Initiative. Katia Milza Egler, quant à elle, a racheté l’entreprise qu’avaient créée ses parents, les Galettes de Saint Malo, grâce à la plateforme Pays de Saint Malo Entreprendre. Un mécanicien, Guy Béasse, et un commercial du secteur, Alain Templon, se sont associés pour reprendre le garage Beaugendre-Sauvée, à Vitré et ils ont reçu pour cela l’aide de Porte de Bretagne Initiative. Enfin, Bruno Poupel était cadre dans l’industrie agro-alimentaire quand il a repris Brest Surface Technologies, spécialisée dans le traitement chimique des métaux.

« On repart pour 5 ans »
BRIT a été mis sur pied en 2007 pour faciliter la transmission des petites entreprises bretonnes, confrontées au vieillissement de leurs dirigeants. A travers les histoires de ces repreneurs, c’est la réussite du fonds régional qu’ont salué ses fondateurs, la Région et la Caisse des Dépôts. Et au delà du bilan chiffré (voir encadré), Jean-Yves Le Drian a rappelé que ce dispositif est un « formidable outil, non seulement financier, mais aussi humain puisqu’il repose autant sur un prêt d’honneur que sur l’accompagnement des repreneurs». Jean-Marc Maury, rappelant l’importance des fonds privés apportés depuis les origines par les banques (Crédit Agricole, Banques Populaires, Banque de Bretagne, Caisses d’Epargne et Crédit Mutuel), voit dans BRIT « un mécanisme vertueux, alimenté aujourd’hui en premier par les remboursements des prêts». Enfin, Louis Schweitzer a salué l’alliance réussie entre la force de frappe régionale et l’ancrage local des 20 plateformes bretonnes.

IMG_0033_petit

Le fonds, géré par Bretagne Initiative, complète en effet le prêt d’honneur local par un prêt d’honneur régional. Ce modèle a été inspiré du fonds Aquitaine Transmission et a lui-même inspiré d’autres fonds régionaux tels qu’Ile-de-France Transmission ou Limousin Transmission. Pour le président de la coordination régionale, Bernard Joubrel, grand artisan du dispositif, « BRIT a tenu ses promesses».
« On repart pour 5 ans » a répondu en écho le président de la Région Bretagne. Pas de doute donc sur l’avenir du dispositif ni son développement. Les résultats d’un audit commandé pour l’occasion dessinent des perspectives d’avenir : l’ambition de passer à 350 dossiers par an, avec une hausse du ticket moyen, une ouverture à Réseau Entreprendre Bretagne, une meilleure prise en compte de la spécificité des reprises de Scop et un accroissement des moyens d’animation du réseau. C’est bien l’un des enjeux des années à venir pour les plateformes bretonnes : trouver les moyens d’accompagner un nombre croissant de repreneurs. 

En chiffres
En cinq ans, BRIT a accordé 9.1 M€ de prêts d’honneur et 177 M€ de prêts bancaires ont été mobilisés en complément.
1165 repreneurs ont bénéficié de BRIT.
5215 emplois ont été sauvegardés, sans parler des emplois que les entreprises reprises ont créés ensuite.

Ce projet est cofinancé par le Fonds social européen dans le cadre du programme opérationnel national « Emploi et Inclusion » 2014-2020