Partager :

Crédit photo : Marion Dutilleul

Partager l’amour de sa région et promouvoir une alimentation saine et gourmande, le tout dans une démarche éco-responsable : c’est la recette de Lucie Rocherieux, fondatrice de Boc d’Oc ! Cette jeune trentenaire, originaire de Montpellier, lance son entreprise de restauration début 2020 : si l’aventure est loin d’être de tout repos, Lucie a pu compter sur son entourage et le soutien d’Initiative Montpellier-Pic-Saint-Loup pour passer le cap des premiers mois. Au menu du jour, la cheffe vous propose un récit plein de saveurs.

Comment est né Boc d’Oc ?

Boc d’Oc vient de la rencontre entre plusieurs valeurs qui me tiennent à cœur : d’abord mon attachement à ma région, l’Occitanie. J’ai conscience de la richesse du terroir et j’ai pu découvrir, en travaillant à l’Agence régionale de développement économique, de nombreux producteurs locaux dont on ne soupçonne pas l’existence en tant que consommateur. J’ai alors eu envie de mettre en lumière ces pépites. A cela s’est ajoutée ma préoccupation pour une alimentation plus saine, éthique et responsable : le circuit-court, le fait de savoir ce que l’on a dans notre assiette…

Créer une entreprise en 2020, ça n’a pas dû être un long fleuve tranquille… Que retenez-vous de l’aventure ?

Créer mon restaurant, ça m’a pris beaucoup plus de temps que je ne l’imaginais : je suis partie de zéro puisque je n’ai pas repris un commerce existant, j’ai dû me reconvertir professionnellement, suivre des formations dans le domaine de la restauration… J’ai beaucoup ressenti la solitude de l’entrepreneur : c’est un long parcours, parsemé d’incertitudes. Il faut avoir, au quotidien, l’énergie d’avancer seul ! Avec le premier confinement en mars 2020, j’ai dû retarder le démarrage au mois de mai. J’ai eu la chance d’être bien entourée par mes proches : mon mari et ma sœur ont participé au projet, ce qui n’était pas prévu à la base, mais j’ai pu compter sur eux quand j’en ai eu besoin. J’ai également rencontré Laure Bellar, mon associée, qui partage mon énergie et mes convictions écologiques.

Vous avez rencontré Initiative Montpellier Pic-Saint-Loup pour vous aider dans votre projet. Que vous ont-ils apporté ?

J’étais en phase de montage du projet lorsque j’ai rencontré les équipes à Montpellier. J’ai tout de suite été marquée par leur sérieux, leur professionnalisme et leur écoute : j’avais bien travaillé mon business plan mais ils m’ont challengé sur certains aspects, m’ont permis de me poser les bonnes questions. J’ai obtenu un prêt d’honneur de 6 000€ qui a vraiment été la clé du démarrage de l’activité.

Comme j’avais besoin de conseils d’experts sur la partie financière, j’ai été accompagnée par une marraine, qui est associée dans un cabinet d’expert-comptable. Son aide m’a tout de suite été précieuse ! Aujourd’hui, nous sommes toujours en contact, et elle a été parmi les premiers clients de mon restaurant. 

Dans la même catégorie

plateforme, création d’emplois, Louis Schweitzer, micro-crédit
microcrédit, prêt d’honneur, comité d’agrément

Portrait / Témoignages

Digital4better : l’entreprise qui rêve d’un numérique vertueux

Une entreprise révolutionnaire, à la croissance fulgurante : Digital4better veut devenir l’ambassadrice du numérique responsable en France. Créée en 2020, accompagnée par Initiative Rennes et...
Initiative, développement des entreprises, parrain
Louis Schweitzer, reprise

Portrait / Témoignages

Filaj : le grand retour des pailles en… paille

Expatriés au Vietnam, Julie Le Flour et Johan Louédec rencontrent des fabricants de pailles 100 % végétales. Le déclic est rapide : ils s’installent en Bretagne et se lancent dans la production...